close× Call Us
close×
Investigadores Principales de EGAP: Daniel Nielson
País: Ouganda

Registration: http://egap.org/registration/1615

Fecha de la Intervención: Février – Mars 2016 (Élections locales pour les présidents et conseillers de sous-département en mars 2016).

Contexto: L’Ouganda est un pays semi-démocratique enclin à des problèmes de corruption et de mauvaise gouvernance. L’Ouganda connaît des élections régularisées mais elles sont souvent jugées ni justes ni libres par des évaluateurs externes. Les citoyens ougandais font preuve d’un niveau de connaissance politique relativement élevé, particulièrement au niveau national. Un sondage national réalisé en 2012 a révélé que plus de 83% des Ougandais répondent correctement à une question rapide et ouverte sur le nom de leur représentant au Parlement ; 70% peuvent nommer leur représentante féminine au Parlement. Près de deux tiers des Ougandais écoutent régulièrement la radio, qui diffuse souvent de nouveaux programmes (Milner et al. 2014). Cependant, la recherche sur la décentralisation en Ouganda a révélé que beaucoup de citoyens manquent de connaissances sur les fonctions fondamentales des gouvernements locaux, ce qui a empêché les citoyens de prendre part aux décisions des gouvernements locaux et de tenir les gouvernements locaux responsables (Natamba et al. 2010, p.16). Cette étude se concentre sur le niveau local pour comprendre comment différents types d’informations délivrées par des téléphones mobiles peuvent avoir un impact sur les actions politiques et le choix électoral. Cette recherche s’appuie sur des études sur les effets de l’information concernant les pratiques corrompues des hommes politiques locaux sur le vote (Ferraz et Finan 2008) et sur les attentes des citoyens vis-à-vis de la provision de services publics de qualité par les hommes politiques locaux (Habyarimana et al. 2009).

Diseño de Investigación: Le premier groupe de traitement commun évalue l’effet de la gestion du budget local sur les attitudes et comportements des électeurs. Les électeurs aux bureaux de vote soumis au traitement commun vont recevoir une information officielle délivrée par l’Auditeur Général sur le pourcentage du budget du conseil local qui n’est pas justifié. Le groupe de traitement alternatif va 1) procurer aux électeurs des informations sur leurs services publics par rapport à ceux d’autres départements, fondées sur des investigations de terrain sur la qualité des routes, de l’eau et les services de gestion des déchets solides ; 2) évaluer si les effets de l’information diffèrent lorsque les électeurs sont informés que des donneurs étrangers ont financé des projets dans leur département. Tous les traitements d’informations seront diffusés par format SMS sur téléphones portables.

Hipótesis:
  • Les informations sur la qualité comparée des services publics vont influencer les votes car cette information est directement liée au bien-être des électeurs.
  • Les sujets vont utiliser l’information procurée quand ils participent à la politique dans d’autres circonstances, notamment en discutant la performance des hommes politiques, en contactant les conseillers et en signant des pétitions en faveur de programmes de politiques publiques.
  • Les informations positives sur le contrôle du budget et des services publics devraient augmenter les votes pour l’homme au pouvoir et les informations défavorables devraient augmenter les votes pour l’opposition.
  • Lorsque les contrôles du budget et des services publics révèlent une meilleure performance que la moyenne, les électeurs auront une perception plus positive de la performance de leurs représentants élus que lorsque les contrôles révèlent une performance plus basse que la moyenne.
  • Les traitements informationnels pourront avoir un effet moindre dans des localités qui ont déjà des hommes de pouvoir de haute qualité, avec de faibles irrégularités budgétaires et de bons services publics – ce qui correspond très probablement à des localités qui sont mieux gouvernées, qui ont des citoyens mieux informés et qui ont d’autres caractéristiques distinctifs (Banerjee et al. 2011).

Cette subvention est financée par un donateur anonyme et organisée par EGAP et le Centre de la Politique du Développement de l’Université de Berkeley.